Kali au Kalevala

Ete 2013

Cet été nous renouvelons l'aventure avec une participante de plus!

Pour nous suivre c'est par ici, changement de blog pour simplifier sa mise à jour sans ordi dans les bagages, faut faire de la place pour la petite dernière!!!



Publié à 11:39, le 18/07/2013,
Mots clefs :
.. Lien


Eté 2012

Bretagne

Un séjour plus court qu'à l'habitude (3 semaines), avec beaucoup de vent (toujours de face...), du beau temps et de la pluie.

Toujours avec nos deux fidèles destriers, notre carriole et deux petits nouveaux: le vélo de Kali et Izia bien au chaud.

Nous avons commencé par suivre les dentelles de la côte:

 

 

parée pour la baignade...

 Puis nous avons viré à gauche toute pour prendre le canal qui relie Nantes à Brest, fatigués de monter et descendre les paysages magnifiques des bords de mer :

 

 

Kali n'est pas en reste, elle participe activement à l'effort familial

Papa, Maman et... Izia!!! Mort de rire

 

Incroyable mais Kali aussi peut tirer la carriole, de vraies vacances en perspective pour son papa!



Publié à 13:48, le 31/01/2013, Bretagne
Mots clefs :
.. Lien


Ete 2011

  J+ 26 et 27

 

 Après une journée de route tranquille, où nous empruntons, entre autres, une piste, ce qui nous fait gagner une bonne dizaine de km

nous arrivons dans un camping superbe, avec de l'herbe!!!Nous plantons notre tente juste au bord du torrent qui le traverse. Nous y ferons un jour de pause, Kali en profitera pour faire au débotté un masque, lors d'un atelier que nous découvrons par hasard dans la salle des loisirs

 

 

 

Le paysage reste magnifique, nous ne regrettons pas les grosses côtes!

  



Publié à 13:15, le 25/08/2011, dans Bordeaux Madrid ete 2011,
Mots clefs :
.. Lien



Nous voici de retour sur le réseau, pas toujours facile de trouver le wifi en montagne et quand on le trouve soit le portable n'est pas chargé soit on est trop crevé pour s'y mettre. Voilà donc ce qui nous est arrivé durant ces quelques jours (à lire du bas vers le haut pour la chronologie) :

 

J+25

Nous devons trouver la météo des jours suivants pour savoir où aller, après une rapide visite de la muraille, pas facile avec les vélos chargés, une tentative de connexion à la bibliothèque, nous finissons par trouver un bar qui nous donne son code wifi, à l'ouverture de la page igoogle, une petite larme perle (intérieurement), nous voilà à nouveau connecter avec le monde!!!

Au vu de la météo, nous décidons de prendre le train jusqu'à Burgos, un peu plus au nord. Nous profitons du temps qu'il nous reste avant de prendre le train pour nous ravitailler au Carréfour!



J+24

Malgré la pluie de la nuit, nous sommes au sec au petit matin, nous repartons vers Avila dont le centre historique est patrimoine de l'Humanité, mais avant d'y arriver il nous faudra passer un col.

   

Après plusieurs montées et descentes, toujours dans un paysage idyllique pour les amoureux de la montagne, nous nous dirigeons vers le Puerto de Navalmoral, comprendre col... nous ne connaissons pas encore l'altitude mais savons qu'il est entre un col à 1 500m et un à 2 000m... la montée commence tranquillement dans notre grande naïveté nous pensons bientôt atteindre le sommet, et c'est là que commence les choses sérieuses... jusqu'à 1 426m!!! si on avait su on aurait pas venu! Il se trouve que nous faisons justement ici notre 1001km (petite pointe de déception à 1000, le compteur s'est remis à zéro...)

pause de quelques secondes pour notre 1000ème km!!!

 

 

enfin!!!

Durant toute la montée Kali a regardé le ballet, qui a commencé la veille des hélicoptères et des canadères qui nous passent juste au-dessus, il semblerait qu'il y ait un feu dans un village, mais nous n'en saurons pas plus

Quentin propose de dormir au sommet, à l'abri d'une petite basilique, mais il fait froid, le vent souffle nous redescendons donc, une pluie battante s'abat sur la région, 15 km pour descendre, puis 5 km pour aller au camping, ah il n'existe plus, 5 km pour retourner à la ville, et nous voilà en quête d'un lieu pour dormir, les premiers hôtels que nous croissons sont des 4 étoiles, idéal pour exploser notre budget hébergement, nous finissons par trouver un hostal, au-dessus de la gare, parfait, une chambre triple au prix de la simple. Il pleut toujours, nous sommes trempés nous aurons fait 72km aujourd'hui, mais nous sommes au chaud et allons dormir dans des lits bien douillets!




J+23 Grosse journée, peu de km (46) mais beaucoup de montée, nous tentons donc de partir tôt.

La montée est douce nous avançons lentement mais avec plaisir, se profile la descente que nous espérons la plus courte possible car il faut remonter ensuite, pour la seconde montée qui doit nous amener jusqu'à 1300m nous empruntons une route de montagne, peu utiliser par les voitures, ombragée, le rêve.

Pause déjeuner au bord d'un ruisseau,

et c'est reparti pour les derniers km de montée,

arrivé en haut c'est magnifique (oui encore!!!)

 

et la descente aussi, toute en douceur, presque plate, nous sommes entourés de grands pâturages où vaches cornues, moutons et chevaux cohabitent, et c'est pas de la bête de batterie!!!! Autant dire que cette journée s'approche de la perfection et que nous en avons pour nos coups de pédale. Petits bémols, il faut bien, à notre arrivée au camping, après une autre « petite » montée, la tenancière nous fait payer nos vélos comme des motos, une première! Quentin propose qu'on lui fasse monter le col une fois en moto et une fois un vélo pour voir si c'est équivalent. Puis le temps de monter la tente et une série d'orage s'abat sur nous, mais cette année nous avons un tapis de sol et pensé à la pelle, donc nous sommes confiants, à voir...


J+22

Nous repartons, puisque nous n'avons pas le choix... étape sympa vers un petit village nommé Pedro Bernardo juché sur une montagne, la fin sera un peu rude: 6 kilomètres à monter avec le doute qu'il existe un camping qui selon la carte devait se trouver un peu en aval, en arrivant au village, nous sommes résignés pour trouver un hôtel, mais nous apprenons qu'il y a bien un camping, 4km plus haut... Le paysage est magnifique, nous ferons un jour de pause, pour nous remettre et apprécier

 


J+21

Nous quittons Toledo pour retourner dans les montagnes, après une journée de route avec voiture, nous bifurquons sur une petite route de campagne, super agréable et arrivons au camping en face d'un lac, le gérant nous informe que nous pouvons rester qu'une seule nuit car le camping ferme le lendemain... en effet, il est quasiment désert voire fantôme, des caravanes et tentes ont été abandonnées, le mobilier de jardin aussi, nous nous installons à côté d'une vieille caravane et profitons des aménagements des propriétaires de la parcelle, toit, sol recouvert. Grand luxe: nous avons des chaises et une table!!!



J+19

Direction Toledo dans la région de Don Quijote en Castilla-La Mancha , le 15 août est aussi férié en Espagne, ben oui la chrétienté tout ça, du coup nous sommes encore plus à sec niveau victuailles, mais la route est bonne, nous sortons de Madrid par des petits chemins de traverse mais sans nous perdre puis arrivons à Toledo en évitant la seule route indiquée, une autoroute, par une voie de service. Il fait toujours très chaud. Nous resterons une journée à Toledo pour visiter la ville, le camping est assez cher et en plus pour aller faire trempette dans la piscine il faut payer...

Mais la ville est superbe dans ses murailles, ça grimpe mais reste très agréable.



J+17

En route vers Madrid, par le train de 17h, nous nous munissons d'un bon kilo de cartes détaillées de l'Espagne. Le paysage est magnifique, notre voisine qui a pris Kali en affection et qui est originaire de la région, fait le guide touristique. Kali s'éclate comme une maboule avec un petit garçon un peu plus grand qu'elle dans le compartiment vélo, ils se jettent littéralement sur le sol en poussant des cris! Nous arrivons à Madrid, confiants prenant la direction du camping d'Osuna après plusieurs dizaines de kilomètre, nous abandonnons l'idée de trouver ce p..... de camping, nous nous installons dans un square pour la nuit, il est minuit. La nuit sera très courte, les moustiques dont nous nous félicitions de l'absence nous ont dévoré, à 5h nous repartons en direction d'un autre camping plus au sud de la ville, après une crevaisons à 7h, moult arrachages de cheveux et un passage sur une route à grande vitesse sur 3km, nous le trouvons, il est 11h... Il fait une chaleur suffocante, nous sommes abasourdis par la fatigue et la chaleur, la piscine après la sieste est un véritable bol d'air.

Au point où nous sommes et au regard des derniers jours nous sommes plus très surs de vouloir continuer. Pour couronner le tout, nous sommes dimanche, nous avons oublié de nous ravitailler, nous sommes quasi à sec...


J+14 à +16

Voyage tranquille en train de Jaca à Zaragoza. Nous plantons la tente au camping municipal et profitons de la piscine, puis allons nous ravitailler au AlCampo (Auchan) une parenthèse de mondialisation.

Le lendemain rapide visite du centre ville historique, 

un bocadillo et nous nous mettons en route, il est 14h pile la bonne heure pour rouler sous le cagnard. La sortie de la ville est agréable sur une piste cyclable toute neuve au bord du fleuve Ebro, jusqu'à ce qu'elle s'arrête net sur un muret de 15cm de haut, nous voilà partis sur une piste de cailloux incertaine, toute la journée se fera sur ce type de route sans indication. Nous avançons à tâtons, nous trompons, rebroussons chemin, tombons sur des culs-de-sac. Nous nous faisons dévorer par des moustiques lors d'un arrêt de 5 min pour réparer un porte bagage qui vient de lâcher. Le moral est bas, les nerfs à vif . Nous sommes encore très oin du point de chute décidé, où se trouve le seul camping à 50km à la ronde, il fait une chaleur torride, l'eau prise sur la route est quasi imbuvable, presque épaisse. Le moral est en-dessous des pédales et nous continuons de nous perdre, à revenir en arrière. Nous finissons par aller dans une pension pour passer la nuit, à Alagon, à un tiers du chemin prévu, nous avons fait 45km, notre carte sans échelle, nous joue des tours, l'étape initiale faisait plus de 90km... Cette nuit nous dormirons sur de vrais lits et pourrons regarder la télé, qui nous apprend que l'Espagne connait une belle canicule, avec notamment 48° à Madrid, nous avons aussi vu le temps de la France :(

c'est bien le camping, mais rien ne vaut le confort d'un hotel!!!

Rien à packer ou quasi aujourd'hui, nous essayons de partir tôt et d'adopter le rythme espagnol: activité de 8 à 14h et de 17 à 22h. Nous partons à 10h et roulons le coeur léger, après une longue pause, nous repartons à 16h30, lorsque le soleil commence à décliner, pour découvrir 2 km plus loin, qu'il n'y a que l'autovia (autoroute) pour se rendre dans le village suivant, le prochain train passe à 21h, un orage se rapproche, nous sommes coincés dans un village pas très agréable où nous nous sentons que très moyennement en sécurité. Un train passe à 19h30 pour Zaragoza, nous hésitons, mais sommes dans un « cul-de-sac de cycliste » . Nous prendrons donc ce train, nous voyons défiler les villages durement parcourus durant deux jours. 2h après nous finissons de planter la tente là où nous étions J-2, il est 22h, Kali dort tranquillement, nous sommes partagés entre déception et réconfort, nous comptons sur la journée suivante pour nous remonter le moral.



Publié à 18:11, le 22/08/2011, dans Bordeaux Madrid ete 2011,
Mots clefs :
.. Lien


J+13

 p { margin-bottom: 0.21cm;Trois jours que nous roulons en Espagne, en longeant les hautes chaînes des Pyrénées de Roncesvalles (Roncevaux) à Jaca.

1er jour, nous affrontons un fort vent de face: en descente nous pédalons comme sur du plat, sur le plat on pousse désespérement et en montée on stagne, de très longues minutes pour monter 1km à « cuire » au soleil.

 

Le 2e jour, le vent est tombé, nous roulons sans obstacle mis à part les montagnes qui s'enchainent. Nous réalisons que toute l'Espagne est très montagneuse contrairement à ce que nous pensions, point d'échappatoire dans cette contrée. Les côtes s'enchainent donc douloureusement, les descentes trop courtes. Nous oscillons entre 5 et 35km/h, petit pointe de vitesse à 56km/h : grand plaisir en même temps qu'un gros flip!

Grâce aux bons conseils de notre hôte du camping de cette nuit nous avons quelques km dans un canyon magnifique, survolait par des rapaces (photos à suivre dès que notre appareil voudra bien se recharger!)

 

Le 3e jour, le vent s'est à nouveau levé, aujourd'hui heureusement il est la plupart du temps dans notre dos et nous pousse: ça soulage les cuissots!!! Les 55km de la journée sont tout de même difficiles, le trafic s'est intensifié est stressant et épuisant. Il ne nous reste plus que quelques km et voilà deux rapaces qui volent au-dessus de nos tête à 2-3 mètres, nous voyant encore bien vivants il se rabattrons sur le poulailler non loin.

Cette année étant celle des gadgets, nous avons investit dans les chaussures et pédales automatiques, bien maîtrisées par Quentin, je m'en sert que très rarement et par intermittence, elles m'ont valu aujourd'hui une belle chute sur la route, je vais donc continuer à les ignorer.

 

Aujourd'hui, repos dans un petit camping entouré des Pyrénées, nous profitons du soleil, tandis que Kali se baigne dans la piscine.

Demain le programme est de rallier Zaragoza en train, afin de nous sortir du labyrinthe de nationales sur lequel nous roulons depuis deux jours.



Publié à 17:18, le 9/08/2011, dans Bordeaux Madrid ete 2011,
Mots clefs :
.. Lien


{ Page précédente } { Page 1 sur 9 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités







Rubriques

Bordeaux Madrid ete 2011
Finlande
Preparation
Slovenie et Croatie
Suede

Derniers articles

Ete 2013
Eté 2012
Ete 2011
Sans titre
J+13

Menu

Rando cycles
Grandir autrement
Info Pankki
Provelo
Agir21
Info Finlande
Eurovélo
Finlandssecrets

Amis